souvenirs

 

Voilà 35 ans, à cette heure ci, j’étais à la clinique et je te regardais…j’avais mal partout mais je m’en fichais…je te contemplais et ça valait toutes les souffrances du monde (du moins, en théorie).

La veille, j’étais venue me faire examiner pour un contrôle…mon terme était dépassé de 8 jours, j’avais pris 24 kilo et j’étais en pleine forme…bon, j’avoue, je ressemblais plutôt à une baleine, j’avais du mal à bouger, mes pieds étaient enflés, à la limite de l’explosion, mais franchement, je me sentais bien !

Le toubib m’a juste regardée, a vu l’étendue des dégâts et son verdict est tombé « on vous garde ! Vous accoucherez demain au plus tard ! » J’ai pensé « ah zut alors, et mon mille-feuilles aux fraises qui m’attend dans le frigo ! » 

Bref, ils m’ont filé des trucs et le travail a commencé. De dieu, c’était mon premier accouchement et je ne m’attendais pas à une telle douleur. Ton père me disait « ça va passer…tu veux lire ? Tu veux regarder la télé ? » et moi j’avais envie de lui répondre « fiche moi la paix, la ferme…j’ai mal, tu comprends ça ? J’ai mal alors lâche moi avec tes conneries ! » d’ailleurs, je crois bien lui avoir broyé la main plus d’une fois !

Je te passe les détails, mais lorsque j’étais sur la table d’accouchement, le toubib a dit « si dans 30 minutes le bébé n’est pas sorti, on vous fait une césarienne ! » et moi j’ai répondu « non non, pas de césarienne, s’il vous plait ! »

Vingt minutes plus tard, je le suppliais « Pitié, faites moi une césarienne…J’ai trop mal, je vais crever, aidez moi ! »

 

Au fait Nadège, je t’ai dit que lorsque ton père a insisté pour assister à l’accouchement, la sage femme (la revêche femme plutôt) lui a dit (d’un ton mauvais) « si vous voulez, mais je vous préviens, si vous tombez dans les pommes, on vous sort par les pieds ! » et que le toubib avait un tablier de boucher, un masque sur la bouche et une calotte blanche sur la tête ? En plus, c’était une masse ce médecin…je te jure, je me croyais dans « massacre à la tronçonneuse ». Ah et au fait, y’avait pas la clim à cette époque. Il faisait une chaleur à crever. Lorsque j’ai perdu les eaux sur la table, ton père s’est écrié « y’a plein de moucherons qui arrivent par la fenêtre et ils viennent sur le truc qui coule de toi ! » et moi « vire les, c’est dégueulasse, vire les ! » …Imagine la scène : ton père en short et baskets, avec une blouse blanche (on aurait dit qu’il était à poil sous la blouse), transpirant à grosses gouttes, faisant des moulinets avec ses bras,  soufflant entre mes jambes pour dégager les bestioles. Moi, le cachalot échoué sur la table, gémissant, souffrant…oui, tu vois ce que ça donne hein ! Un vrai film comique ! Si je n’avais pas eu aussi mal, j’aurais rigolé !

Puis le travail a vraiment commencé et à 2H40, tu es enfin née…bon, il faut quand même dire que tu pesais 4,240 kg, que tu mesurais 51 cm (un sacré morceau)…venue sans césarienne, par la force de mes contractions, de ma volonté à pousser et de ton envie d’arriver.

Lorsque enfin ils t’ont posée sur moi (pendant qu’ils refermaient ce que ton passage avait éclaté…oui, 12 agrafes…ça aussi, ça fait mal) je t’ai serrée…ma petite fille, ma superbe petite fille qui me regardait…tu te rappelles ? On s’est reconnu de suite. Moi, je touchais tes petits pieds qui voilà 4H étaient en moi, faisaient des bosses sur mon ventre. Toi, tu écoutais ma voix…Ensemble, on se disait « c’est donc elle qui est moi ? » Tu sais Nadège, nous n’étions encore qu’une ! On se respirait, on se regardait et rien d’autre ne comptait.

Plus tard, lorsque j’étais dans ma chambre, je suis allée aux toilettes…et paniquée, j’ai sonné…une infirmière est arrivée et je lui ai crié « je crois que j’ai perdu un bout de foie ! ». Bien sûr, elle a rigolé « mais non, c’est un caillot de sang, c’est votre utérus qui finit de se vider ! »

Oui, j’avoue, j’étais vraiment tarte hein..mais je n’avais que 20 ans et je ne connaissais rien aux grossesses, bébé, utérus, sang…c’était une première pour moi !

Aujourd’hui, tu as 35 ans, tu es une femme heureuse. Tu as 2 merveilleuses petites filles…et au fait, je voulais te dire…Nadège, tu te rappelles lorsque enfant, tu me demandais quelque chose (de sortir le soir par exemple) et que je te répondais non ? Tu partais en faisant la tête, en marmonnant dans ta barbe « moi, plus tard, je ne dirai pas non à ma fille ! J’en ai marre de cette mère qui dit toujours non ! Moi, plus tard, jamais je ne serai comme elle ! » et maintenant, lorsque ta fille Talia te demande « maman, je peux sortir ce soir ? » et que tu lui réponds « non ! » et qu’elle insiste « mais pourquoi ? » et que tu répliques « parce que c’est comme ça ! » et qu’elle part en marmonnant « J’en ai marre de cette mère qui dit toujours non ! »…moi, je souris…non, en fait, je me marre, carrément !

Voilà, aujourd’hui 15 août 2015, tu as 35 ans…tu ne pèses plus 4,240 kg, tu as bien grandi, mais tu restes et resteras toujours mon bébé, ma petite-fille

 Avec tout ça, j’allais oublier : Bon anniversaire Nadège, très très bon anniversaire ma fille chérie.

Bon, j’avais mis une photo, mais tu ne l’aimais pas trop. Du coup, tu m’en as envoyé une autre…alors je remplace la mienne, histoire de te faire plaisir…mais peu importe la photo, tu es belle 🙂 🙂 

photo nadège

 

 

 

J’ai appris la mort du chanteur Demis Roussos…

Photo Demis Roussos

 

Je me rappelle, c’était en 1973, j’avais 13 ans. Je ne loupais pas un épisode du feuilleton « le Jeune Fabre »…Demis Roussos en avait composé la musique « le peintre des étoiles ».

[youtube]http://youtu.be/nvIoZ1krTzw[/youtube]

 

Puis il a aussi écrit d’autres chansons mythiques, comme « Goodbye my love goodbye »

[youtube]http://youtu.be/x60jl547n6o[/youtube]

Ah comme j’ai pu danser sur ces slows langoureux…mais ça, c’était hier, voire avant-hier !

J’ai été surprise d’apprendre le décès de Demis Roussos, je le croyais mort depuis un moment…allez savoir pourquoi ! Peut-être parce qu’on ne l’entendait plus à la télé ni à la radio…oui, ça doit être pour ça !

En tous les cas, entendre parler de lui m’a fait repenser à mes jeunes années, chez mes parents : j’étais scotchée devant le « Jeune Fabre ».

Vous vous rappelez de ce feuilleton ? Vous aussi vous étiez amoureuse de Mehdi, ce jeune rebelle ? Et Véronique Jannot, la candide Isabelle, toute mignonne dans ses robes à fleurs…vous n’aviez pas envie de lui ressembler ? De vivre comme elle une grande histoire d’amour ?

Ah la la, Demis, tu m’as fait rêver avec tes chansons et je t’en remercie, à fond.

 

 

 

 

Je viens de terminer un livre que je ne vous recommande pas…A toute épreuve, d’Harlan Coben

Harlan Coben à toute épreuve

 

Un soi-disant polar…tu parles…une bande de jeunes tente de retrouver un jeune qui a disparu et déjoue les plans d’un diabolique criminel autrefois enlevé…bref, j’ai eu l’impression de lire une aventure du Club des 5…vous connaissez ?

Livre le club des 5

 

Mais si, rappelez-vous : ces gamins et leur chien qui enquêtent et résolvent les énigmes…Lorsque j’étais gamine, je dévorais leurs aventures… à tel point, qu’un jour…Allez, je vous raconte…vous aurez peut-être le temps de lire :

Je devais avoir une dizaine d’années. J’étais en vacances en Normandie chez ma grand-mère et avec 6 copains nous décidons de former le club des 7 et de mener l’enquête. Mais il faut dire qu’il n’y avait ni trésor à découvrir, ni crime à élucider…comment faire ? Facile…d’abord être à l’origine du délit puis trouver le coupable ! Allez, y’avait plus qu’à !

Dans un seau, nous avons déposé 7 petits papiers pliés. Sur 6 d’entre eux, il était écrit « ne rien faire » et sur l’un deux, c’était noté « tu voleras des oeufs à la ferme Bruelle »(ça n’était pas vraiment un vol car on irait ensuite les payer). Chacun notre tour, nous avons tiré un petit papier. De nous 7, l’un était donc désigné pour se rendre dans la soirée voler des oeufs chez la fermière, mais il ne devait en aucun cas se faire voir ou attraper et ne devait en parler à personne.

Le lendemain, rassemblement des 7 et direction la ferme. Le chien s’est mis à nous grogner dessus. L’un de nous à suggéré « il doit reconnaître le criminel ! Laissons le nous renifler, peut-être qu’il grognera plus fort sur le coupable ! » Tu parles, il a failli tous nous bouffer oui ! Heureusement que la fermière est arrivée, a chopé son chien et nous a demandé « Vous voulez vous faire croquer ou quoi ? Qu’est-ce que vous voulez ? » On a commencé à lui expliquer pourquoi on était là « hier soir, quelqu’un vous a volé des oeufs et nous sommes chargés de l’enquête. Vous avez vu quelque chose ? » La mère Bruelle ne comprenait rien « mais qu’est-ce que vous racontez ? » Il faut dire que l’on parlait tous en même temps. Julien s’est avancé vers elle, nous a fait signe de la fermer et a demandé « Madame Bruelle..euh tenez bien le chien hein ? Donc voilà ! On est presque certain qu’hier quelqu’un est venu ici vous voler 4 oeufs. On ne peut pas vous dire comment on le sait, mais je vous jure que c’est arrivé. Est-ce qu’hier soir vous auriez vu l’un d’entre nous ou entendu un bruit ou vu quoique ce soit ? » Madame Bruelle (qui nous connaissait bien et qui a enfin compris de quoi il s’agissait) nous a pris au sérieux (tout en se marrant en douce) « non, je n’ai vu personne. J’ai bien entendu Fripon (le chien) aboyer, mais j’étais aux vaches, alors non, je n’ai rien vu ! Mais vous pouvez mener votre enquête si ça vous dit…ne laissez pas sortir les poules puis faîtes attention au jar…j’y vais, j’ai du boulot moi ! » et là voilà partie, nous laissant continuer notre aventure. Nous avons fureté, cherché des empreintes, un bout de tissu, n’importe quoi qui aurait pu nous mettre sur la piste, tout retourné (sauf le fumier), fait attention aux poules, au jar, aux oies…et sommes repartis, contents de notre enquête mais bredouille. En chemin, nous avons discuté des indices…rien, aucune piste !

Et vous, vous avez découvert qui était le voleur ?

Moi, ça m’a réveillé dans la nuit…je me suis dit « mais comment Julien pouvait-il savoir que c’était 4 oeufs qui avaient été volés ? Seul le criminel pouvait connaître la quantité d’oeufs volés ! »…j’ai eu du mal à me rendormir, j’avais presque envie d’aller réveiller les autres pour leur expliquer mon raisonnement..mais finalement, c’est dans la matinée que nous nous sommes retrouvés et étions tous arrivés au même résultat…comme quoi, la nuit porte conseil !

Effectivement Julien avait été désigné pour être le criminel…il s’est mis à nous raconter comment il avait galéré pour voler les oeufs, comment il avait eu peur du chien, puis comment il avait attendu que les fermiers partent aux champs, chercher les vaches…qu’il en avait profité pour tenter d’entrer dans le poulailler, qu’il avait eu peur des poules qui s’étaient mises à battre des ailes, puis qu’il avait vu des oeufs dans un panier près de la porte de la maison…qu’il s’était servi et était parti en courant…on a vraiment bien rigolé !

Voilà, c’était l’aventure des 7…ramenée de mes souvenirs par le livre à ne pas lire de Coben !

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!