réfugiés

 

Le magazine américain Time a demandé au photographe Sanna Dullaway de coloriser des photos des populations qui ont migré pendant la 2ème guerre mondiale.

La réalité d’hier ressemble à celle d’aujourd’hui. Seuls, les acteurs ont changé : ils étaient européens, aujourd’hui, ils sont Syriens, Afghans, Iraquiens, etc etc

Regardez bien ces photos…peut-être que vous reconnaîtrez un membre de votre famille !

14 décembre 1945 – Les seuls survivants parmi 150 polonais qui ont marché de Lodz (Pologne) à Berlin (467 km) dans l’espoir de trouver de la nourriture et de l’aide. Blottis sous les couvertures, ils espèrent être récupérés par un train de l’armée britannique

photographie Time

(Source : Fred Ramage/Keystone/Getty Images/photo colorisée par Sanna Dullaway)

 

10 août 1944 – Des réfugiés français sur la route pour retourner chez eux à Saint-Pois

Photographie du Time

(source : AP Photo)

 

1940 – Une famille de réfugiés belges marche vers la France

Photographie du Time

(source : Three Lions/ Getty Images)

 Pour voir d’autres photos, lire l’article, il suffit de cliquer ICI – Site Positivr

 

Toujours sur le site de Positivr.fr, il est écrit « qu’on ne peut pas comprendre les réfugiés sans ressentir la guerre. Or, en France, nous ne sommes plus très nombreux à savoir ce que sont réellement l’exode, la peur, la faim, le froid, les bombardements. » Une ONG « Save the children (sauver les enfants) a réalisé (il y a 2 ans) une vidéo pour sensibiliser l’Europe au sort réservé aux jeunes Syriens. Dans cette vidéo, la guerre se passe en Angleterre. On y suit le quotidien d’une petite fille fille heureuse dont le destin va basculer

 [youtube]https://www.youtube.com/watch?v=RBQ-IoHfimQ[/youtube]

Cet épisode se termine par cette phrase :

« Ce n’est pas parce que ça ne se passe pas ici que ça ne se passe pas. »

 

Une 2ème vidéo a vu le jour, voilà quelques mois

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=nKDgFCojiT8[/youtube]

Et cette vidéo se conclut par une autre phrase :

« Ca se passe ici. Ca se passe maintenant. »

 

J’avais écrit un long article, exprimant mon dégoût, mon mépris envers ceux qui refusent d’accueillir les réfugiés…puis je me suis dit « à quoi bon ? De toutes façons, la plupart ne lisent même pas ! »…alors je vais poser de simples questions « et si cette petite fille c’était vous et votre famille ? Vous n’aimeriez pas être secourus, accueillis, sauvés ? »

Et je finirai par ma phrase à moi, qui exprime, sans colère, ce que je ressens (alors que j’ai envie d’insulter mais je me retiens) :

« Toi qui crie ou pense « je ne veux pas de réfugiés dans mon pays ou près de chez moi ! » je te crache à la gueule, je te méprise, tu n’es pas digne de penser ! »

 

 

 

 

 

Me voilà de retour après plusieurs jours d’absence…et je fais encore un article sur un sujet qui me tient à coeur…aux risques de soûler, mais je m’en fous !

J’ai acheté et lu 1 petit livre (destiné aux enfants) dont il faut absolument que je parle.

livre

 

couverture livre

 

Daniel Pennac explique comment les médias, les politiques,…pour parler de ces hommes, ces femmes, ces enfants qui fuient sur des routes qui ne sont plus des routes pour sauver leurs vies qui ne sont presque plus des vies…ces gens qui pourraient être moi, toi, vous. Nous. Mais qui sont eux… choisissent des mots, qu’ils répètent du matin au soir, jour après jour, sans jamais en changer…EXODE – MASSES – HORDES – DEFERLEMENT – MULTITUDE – INVASION…inlassablement, ils répètent ces mots…en y rajoutant « nous ne pouvons pas accueillir tout le malheur du monde ! » « Pas la même culture » « Pas la même religion » « Pas les mêmes coutumes » « Menace pour nos chômeurs » « Menace pour nos travailleurs » « Menace pour notre identité » et petit à petit c’est comme si chacun de nous se sentait menacé par cette marée humaine…STOP !

Pennac continue en donnant des chiffres…et constate « Nous voyons bien que ce n’est pas une question de nombre. Mais de volonté. » 

Il nous rappelle qu’au début du 20ème siècle, sont venus des juifs d’Europe Centrale qui fuyaient les persécutions. En 1915, sont venus les arméniens qui fuyaient les massacres turcs. Puis dans les années 20, sont venus les russes qui fuyaient leur révolution. Puis dans les années 30, sont venus les espagnols qui fuyaient le franquisme et la guerre, des italiens du sud et des polonais qui fuyaient la misère. Puis dans les années 50, les ont rejoints des portugais. Puis dans les années 1960, années de la décolonisation, sont venus des algériens, des tunisiens, des marocains et des africains de l’Afrique Occidentale. Puis au milieu des années 1970, sont venus des chiliens, des argentins, des brésiliens, des réfugiés d’Amérique Latine qui fuyaient leurs dictatures. Puis dans les années 1980, après la guerre du Vietnam, sont venus des vietnamiens, des cambodgiens et aussi des chinois qui commerçaient au Vietnam. Puis dans les années 1990, sont arrivées des victimes des guerres de l’ex-Yougoslavie… etc etc… 

Pennac conclut en écrivant « Et ce sont eux, tous ces réfugiés du vingtième siècle, jugés chaque fois trop nombreux, qui font, avec nous, la France d’aujourd’hui. Comme les réfugiés d’aujourd’hui feront, avec nous, la France de demain. »

Ce tout petit livre ne coûte que 3 euros et les revenus issus de ces ventes seront intégralement versés à la Cimade…alors n’hésitez plus, achetez, lisez et partagez !

Je ne suis pas Pennac, je ne sais pas écrire ou dire les choses comme lui…alors je vais conclure cet article avec mes mots :

Chaque jour, des dizaines de personnes meurent au cours de leur exode…chaque jour, c’est au moins 2 enfants qui meurent noyés…quand est-ce que ça va s’arrêter ? Mais putain, jusqu’à quand va-t-on laisser faire sans bouger, sans réagir ?  C’est donc devenu normal de regarder mourir sans rien faire à part fermer les frontières pour mieux parquer et regarder crever ? Il n’y a donc pas eu assez de morts ? Quand est-ce que toi, moi, nous, allons hurler « ça suffit…ouvrez les portes, accueillons et répartissons dans les pays de l’Union Européenne ! » ?

Serons nous la génération qui n’a rien dit ? La génération qui a laissé mourir des millions de gens sous de faux prétextes économiques et sociaux ?

PS : à ceux qui comptent me laisser un commentaire du genre « on ne peut pas accueillir tout le monde » ou « les mélanges de culture… » ou « dans 1 million de personnes pourraient se cacher 2 terroristes » ou autres fadaises de ce genre…je préviens que je répondrai vertement…du genre « documente toi avant de dire de telles conneries » !

 

 

Dans quelques heures, je serai dans le train 

gif animé

 

direction Agde où je resterai plusieurs jours, peut-être même une semaine.

Alors à bientôt et profitez bien du temps qui vous est imparti…car on ne sait jamais…

Il y aura peut-être un jour en France un grand conflit qui fera que tous nous voudrons partir ailleurs…et peut-être que ce jour là on se retrouvera dans la même situation que ces milliers de gens qui fuient leurs pays

image

et qui trouvent portes closes lorsqu’ils ne meurent pas noyés…dans l’indifférence totale…

Ah si, à cette horreur, il y a des réactions : l’Europe met en place tous les moyens pour les empêcher d’entrer alors qu’il serait si simple de les répartir dans tous les pays de cette union européenne.

image

image

 

Aujourd’hui, je pars pour  Agde…et je suis déjà en retard

gif animé

 

 

 

Hier, je râlais contre le gouvernement et aujourd’hui, je continue…mais à plus grande échelle…car ce coup-ci, c’est l’Europe qui me met en rogne !

Bon sang, que j’ai honte d’être européenne ! Je sais ce que certains vont penser « elle râle tout le temps, rabâche les mêmes choses ! »…Oui, c’est vrai…parce que ça me tient à coeur, parce que je trouve infâme ce qui se passe, parce que je sature d’être impuissante, parce que mon écoeurement déborde, parce qu’il faut réagir, parce que j’en ai marre que ça soit de pire en pire et que tout le monde s’en foute, parce que…

Depuis des mois, des années, des personnes arrivent en Europe, par n’importe quel moyen, souvent même au péril de leur vie. Ils accostent sur les terres grecques et se retrouvent parquées comme des bêtes dans des camps. Les pays limitrophes, les uns après les autres, ferment leurs frontières, érigent des barrières et crient « l’étranger ne passera pas ! »

Du coup, tous ces pauvres gens se retrouvent dans des camps de fortune…dans la boue, le froid, sans aucune hygiène…des conditions de vie épouvantables, comme on pensait que ça n’existait plus…ou plutôt si, mais loin loin de chez nous…

Et puis ça se produit ici, à quelques km de nous tous…et les gouvernements s’en foutent…ils ne pensent qu’à une chose : ne pas laisser entrer de réfugiés dans le pays !

Alors l’Europe se réunit (encore)…peut-être qu’une solution va être trouvée ? Peut-être qu’enfin on va pouvoir les accueillir un peu partout, histoire d’être un peu humain ?

Et ben non ! Les chefs d’Etat se mettent tous à table et discutent, marchandent… »allez, la Turquie, vous reprenez tout le monde ! » « D’accord, mais je veux 3 milliards de plus ! » « 3 milliards ? T’abuse ! On te propose 1 milliard…et c’est notre dernier prix ! » « Non, je ne marche pas..Je veux 3 milliards…faîtes un effort et je m’engage à tous les reprendre…vous n’aurez plus de problème, c’est promis ! » « Marché conclu ! Top là ! »

Et voilà, ils ont réglé le problème…à leurs manières !

Vous ne me croyez pas ? Lisez donc la pétition d’Amnesty International…cliquez sur l’image ci-dessous et lisez, ça ne vous prendra que 2 minutes

logo

…et signez là, diffusez là…y’en a marre d’être gouvernés par des machines qui ne pensent qu’à l’argent…mais putain, où sont donc passés nos coeurs, nos valeurs, notre humanité ? 

Personne ne réagit de voir traiter ainsi des êtres humains ? Personne n’est atterré de voir les conditions sanitaires dans lesquelles vivent tous ces gens ? Personne n’a envie de pleurer, d’hurler en voyant certaines images ? Mais bon dieu de merde, ça ne s’arrêtera donc jamais !

Lorsqu’ils ont créé l’Union Européenne, ils parlaient de générosité, de partage, d’humanité, de solidarité…qu’en reste-t-il ? Les mots Union, Communauté sont maintenant sans coeur, sans sentiment…juste des expressions coquilles vides et creuses !

 

 

 

 

Dimanche, retour au bercail après 1 semaine passée en Allemagne…semaine top du top, extra géniale 🙂

Là-bas, je m’étais complètement déconnectée des actualités françaises…du coup, lundi matin, j’ai regardé les infos et ce que j’ai vu était bof, comme d’habitude…

– Un remaniement ministériel…Ayrault, le retour ! Ce type n’a vraiment pas honte !

– Valls qui annonce que la France n’accueillera plus de réfugiés (ou si peu)…coeur de pierre même lorsqu’il visite un centre de réfugiés en Allemagne…cet homme me fait vomir !

– Le joueur du PSG qui insulte ses collègues…tu parles d’une histoire ! Est-ce que ça mérite vraiment de faire la Une des JT ? L’information française est tombée bien bas !

Bref, rien de folichon…pour ne pas dire c’est toujours et encore la même merde !

 

Lundi après-midi, séance ciné pour voir « la 5ème vague »

affiche film

Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WKZ9JuxqYrQ[/youtube]

 

Grosse déception. Je m’attendais à beaucoup plus d’effets spéciaux, que ça bouge nettement plus…du genre le film « Independence Day »

Au lieu de ça, j’ai découvert des scènes vues et revues et une histoire d’amour entre la gamine et un type au passé bizarre…un film plutôt vraiment bof, à fond fleur bleue…c’est plutôt pour adolescents.

Et ne vous faîtes pas avoir comme moi : le film ne se termine pas ! Je ne savais pas qu’il y aurait peut-être une suite…pas encore programmée ! 

Pour ceux qui ont vraiment aimé la 5ème vague, il leur faut croiser les doigts et prier pour que la suite soit tournée ou alors lire les livres…ou faire comme moi : ne pas avoir envie de savoir comment se termine l’histoire tellement c’était nul !

 

Ce matin, promenade sur facebook…pour voir ce que certains écrivent, partagent…et ma foi, j’y découvre des trucs qui me font sourire…comme par exemple les images qui suivent, trouvées notamment sur

profil FB

 

image humourHein que ça fait sourire ?

 

Et ce gif « météo à la carte »…se programmer du soleil pour la journée…hé hé, voilà une bonne idée !

gif animé humour

 

Ou encore ce gif…mais attention, c’est peut-être du porno !

gif animé humour

 

Je lis les infos puis je souris en regardant des gifs, des trucs qui m’amusent…et ma foi, quelque part, ça met un tout petit peu de soleil dans ces news de merde !

 

 

 

 

Je ne peux pas imaginer qu’on ne fait rien…et pourtant, si…c’est une réalité : personne ne fait rien !

Chaque jour, des milliers de personnes essayent d’accoster sur les plages de Grèce ou d’ailleurs …chaque jour, des centaines d’entre elles meurent, noyées…et l’on continue de ramasser les corps, sans que ça n’émeuve plus personne !

Imaginez vous dans leur situation…imaginez, juste quelques minutes…

(j’ai écrit ce que me soufflait mon imagination…sans être larmoyante ou pousser le sentimentalisme à fond…j’ai juste écrit une réalité, qui se passe, là, maintenant, pendant que tu lis)

Je suis une petite fille de 10 ans. Je vis dans une ferme en Syrie avec mes parents et mes 2 petits frères de 2 et 4 ans. A la maison, il y a la radio, à manger puis nous avons des champs, des chèvres, un poulailler. Tous les jours, je vais à l’école du village. Tout est parfait jusqu’au jour où on entend à la radio que le pays est en guerre. Personne ne se bat encore par chez nous, mais tout le monde s’inquiète. On continue de vivre normalement mais mon père dit qu’il faut se préparer. Un jour, on voit qu’il y a le feu dans d’autres fermes, on entend des cris qui viennent du village. Mon père nous dit que ça va aller, qu’il ne va rien nous arriver. Le soir, on se couche. Je vois bien que maman tourne en rond, en pleurant. Papa essaye de la rassurer en lui disant « on va s’en sortir, ça va aller ! » mais j’ai l’impression que même lui n’y croit pas. Dans la nuit, ma maman nous secoue, mes petits frères et moi, et nous dit « vite, vite, il faut partir. Mon coeur (c’est à moi qu’elle parle), prends Nasser dans tes bras, on part se cacher ! » J’ai peur, tellement peur, mais je ne dois pas pleurer. J’attrape Nasser, je le serre fort contre moi et je cours, je cours. J’ai mal aux jambes, je ne sens plus mes bras. Nasser s’accroche à mon cou et il pleure. Je lui répète doucement « ne pleure pas. Ils vont nous entendre et nous attraper. Il ne faut pas faire de bruit. » Tous les 5, nous prenons le chemin et mon père m’explique qu’avec l’argent qu’il avait mis de côté pour acheter d’autres champs, il a payé quelqu’un qui va nous faire traverser pour l’Europe. Ah l’Europe…Paris, Londres…j’en ai tellement entendu parler à la radio…mais là, en ce moment j’ai peur et parfois j’ai du mal à courir tellement je suis fatiguée. Nasser est lourd, mais je ne peux pas le poser. Il est trop petit pour marcher aussi longtemps. Enfin, on arrive au bateau. Avec plein d’autres gens qui crient, qui pleurent ou qui simplement gémissent sans bruit, nous montons dans un bateau en plastique. Nous sommes nombreux et ça ne tient pas trop bien sur l’eau. Il fait tout noir, l’eau est froide et je ne sais pas nager. Je suis terrorisée ! Mon papa n’arrête pas de me dire « ça va aller. Regarde, je te mets un gilet et si le bateau coule, tu pourras flotter ! » Mais pour mes petits frères, il n’y a pas de gilet assez petits. Alors papa et maman les serrent contre eux. Le bateau s’en va doucement. Il a du mal à avancer et je sens bien qu’il peut couler à tout moment. Mais je ne dois pas pleurer, je ne dois pas faire de bruit car on arrive près des côtes, c’est un monsieur qui nous l’a dit. Les vagues font bouger le bateau. Ca fait des heures que nous sommes assis, entassés et que personne ne parle. Puis, je ne sais pas ce qui se passe. Je crois qu’une vague plus forte que les autres a fait chavirer le bateau. Je coule, j’ai peur, j’hurle mais j’ai plein d’eau dans la bouche…je ne peux plus respirer…avec mon gilet, je peux rester hors de l’eau mais je panique tellement que je bois sans arrêt la tasse. « Papa, maman, au secours ! » Autour de moi, il y a plein de gens qui hurlent, qui essayent de m’agripper…Tout près, je vois un bateau et quelqu’un attrape mon gilet avec une perche. Sur le bateau, on me donne une couverture et on me met dans un coin. J’attends, j’ai froid, j’essaye de voir s’il y a papa, maman, mes petits frères, mais je ne les trouve pas. Alors je pleure, je ne peux plus m’arrêter. Plus tard, on nous a emmenés sur une plage. Nous sommes tous descendus. J’ai encore cherché mes parents mais ils ne sont pas là. On les a peut-être emmenés sur une autre plage ! Oui, ça doit être ça…parce qu’ils ne peuvent pas être morts…je suis une petite fille de 10 ans, j’étais en Syrie, dans une ferme, avec mes parents et mes petits frères…avant, je vivais !

Et que va devenir cette petite fille ? Que vont devenir les milliers d’autres comme elle ? Il faut juste les laisser se noyer pour se débarrasser du problème ?

 

photographieUn bébé, victime du naufrage d’un bateau de réfugiés entre la Turquie et l’île grecque de Lesbos, le 30 janvier 2016 (AFP/Ozan Köse)

 

photographieEpave du bateau de réfugiés qui a fait naufrage près de la côte turque le 30 janvier 2016 (AFP/Ozan Köse)

Pour lire et s’informer, prendre conscience du drame, cliquer sur le lien ICI  Attention, photos douloureuses, horribles…je n’ai pas pu tout regarder.

 

J’ai une maison où je pourrais accueillir des personnes qui ont besoin de nous. Je pourrais leur offrir une certaine sécurité, un réconfort, puis les aider à apprendre le français, à comprendre notre culture…et je ne peux rien faire, je ne peux que rester là, les bras croisés et assister impuissante à ce massacre organisé !

Au fait, je ne veux pas de commentaire du genre « oui, mais il y a les SDF de France qu’il faudrait d’abord secourir ! » ou « qu’on aide déjà ceux de France qui en ont besoin » ou je ne sais quelle autre réponse absurde ! 

J’aimerais, je voudrais qu’on me donne la marche à suivre pour aider…car pour le moment, je n’ai rien trouvé de sérieux sur le net ni ailleurs.

 

 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!