Pennac

 

Me voilà de retour après plusieurs jours d’absence…et je fais encore un article sur un sujet qui me tient à coeur…aux risques de soûler, mais je m’en fous !

J’ai acheté et lu 1 petit livre (destiné aux enfants) dont il faut absolument que je parle.

livre

 

couverture livre

 

Daniel Pennac explique comment les médias, les politiques,…pour parler de ces hommes, ces femmes, ces enfants qui fuient sur des routes qui ne sont plus des routes pour sauver leurs vies qui ne sont presque plus des vies…ces gens qui pourraient être moi, toi, vous. Nous. Mais qui sont eux… choisissent des mots, qu’ils répètent du matin au soir, jour après jour, sans jamais en changer…EXODE – MASSES – HORDES – DEFERLEMENT – MULTITUDE – INVASION…inlassablement, ils répètent ces mots…en y rajoutant « nous ne pouvons pas accueillir tout le malheur du monde ! » « Pas la même culture » « Pas la même religion » « Pas les mêmes coutumes » « Menace pour nos chômeurs » « Menace pour nos travailleurs » « Menace pour notre identité » et petit à petit c’est comme si chacun de nous se sentait menacé par cette marée humaine…STOP !

Pennac continue en donnant des chiffres…et constate « Nous voyons bien que ce n’est pas une question de nombre. Mais de volonté. » 

Il nous rappelle qu’au début du 20ème siècle, sont venus des juifs d’Europe Centrale qui fuyaient les persécutions. En 1915, sont venus les arméniens qui fuyaient les massacres turcs. Puis dans les années 20, sont venus les russes qui fuyaient leur révolution. Puis dans les années 30, sont venus les espagnols qui fuyaient le franquisme et la guerre, des italiens du sud et des polonais qui fuyaient la misère. Puis dans les années 50, les ont rejoints des portugais. Puis dans les années 1960, années de la décolonisation, sont venus des algériens, des tunisiens, des marocains et des africains de l’Afrique Occidentale. Puis au milieu des années 1970, sont venus des chiliens, des argentins, des brésiliens, des réfugiés d’Amérique Latine qui fuyaient leurs dictatures. Puis dans les années 1980, après la guerre du Vietnam, sont venus des vietnamiens, des cambodgiens et aussi des chinois qui commerçaient au Vietnam. Puis dans les années 1990, sont arrivées des victimes des guerres de l’ex-Yougoslavie… etc etc… 

Pennac conclut en écrivant « Et ce sont eux, tous ces réfugiés du vingtième siècle, jugés chaque fois trop nombreux, qui font, avec nous, la France d’aujourd’hui. Comme les réfugiés d’aujourd’hui feront, avec nous, la France de demain. »

Ce tout petit livre ne coûte que 3 euros et les revenus issus de ces ventes seront intégralement versés à la Cimade…alors n’hésitez plus, achetez, lisez et partagez !

Je ne suis pas Pennac, je ne sais pas écrire ou dire les choses comme lui…alors je vais conclure cet article avec mes mots :

Chaque jour, des dizaines de personnes meurent au cours de leur exode…chaque jour, c’est au moins 2 enfants qui meurent noyés…quand est-ce que ça va s’arrêter ? Mais putain, jusqu’à quand va-t-on laisser faire sans bouger, sans réagir ?  C’est donc devenu normal de regarder mourir sans rien faire à part fermer les frontières pour mieux parquer et regarder crever ? Il n’y a donc pas eu assez de morts ? Quand est-ce que toi, moi, nous, allons hurler « ça suffit…ouvrez les portes, accueillons et répartissons dans les pays de l’Union Européenne ! » ?

Serons nous la génération qui n’a rien dit ? La génération qui a laissé mourir des millions de gens sous de faux prétextes économiques et sociaux ?

PS : à ceux qui comptent me laisser un commentaire du genre « on ne peut pas accueillir tout le monde » ou « les mélanges de culture… » ou « dans 1 million de personnes pourraient se cacher 2 terroristes » ou autres fadaises de ce genre…je préviens que je répondrai vertement…du genre « documente toi avant de dire de telles conneries » !

 

 

Cet après-midi, Carlos était assis sur la table et me regardait l’air de dire « qu’est-ce que je pourrais faire ? Je m’ennuie là ! »

chaton s'ennuieJ’ai marmonné « je suis occupée là ! Je lis une affiche ! Arrête de m’embêter puis descends de la table ! »

 

droits du lecteurDirect, il me répond « et moi, j’peux lire, j’peux lire ! Allez, laisse moi lire ! »

 

chaton en a marre« non, tu ne peux pas…puis je crois que tu vois double, alors pour la lecture, tu repasseras ! Et ne reste pas affalé comme ça sur la table, bouge de là ! »

Il s’est mis à bouder, comme un chat boudeur !

 

chaton boudeComme d’hab, j’ai fini par céder « Vas-y, gros malin, montre moi comment tu sais lire ! »

Tout content, il s’est plongé dans l’affiche, prenant l’air d’un grand, mais petit quand même puisqu’il suivait les lignes avec sa patte. 

 

chaton droit de relirePuis chaton s’est mis à chanter « c’est écrit ici, noir sur blanc lalalère…on a le droit de lire n’importe où lalalère ! Regarde ! Alors, je reste sur la table lalalère ! Tu peux aller me chercher une boisson fraîche s’il te plait ? »

 

chaton a le droit de lireAlors là, tu peux te gratter sac à puces…mon tit chaton tout blanc 🙂 🙂 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!