Parachute

 

Je fais partie de la Communauté 1915 – 2015 (anciennement 1914 – 2014). Chaque semaine, sont publiés des articles racontant, décrivant, montrant, etc etc la 1ère guerre mondiale…en cliquant sur le logo ci-après, vous découvrirez cette communauté, qui vaut largement le coup d’oeil

Communauté 1915 - 2015

 

Aujourd’hui,  je vous emmène dans le ciel…attention aux chutes !

Je me suis tout simplement demandée s’il y avait des parachutes pendant cette grande guerre…et c’est ainsi que j’ai découvert ce qui suit :

Le 1er saut en parachute effectué depuis un avion a été tenté par l’américain Albert Berry. Son parachute, lourd et encombrant, s’accrocha au train d’atterrissage de son avion…c’était le 1er mars 1912.

Le 19 août 1913, le français Adolphe Pégoud saute à 200 mètres du sol, de son avion Blériot, sacrifié pour l’occasion. Il heurte l’empennage de son avion, se fracture l’épaule et termine sa chute dans un arbre…

Adolphe Pégoud

 

En février 1914, Jean Ors saute en parachute et atterrit sain et sauf

JeanOrs

 

Puis c’est la guerre…lors de l’offensive d’automne en Champagne du général Joffre, l’aérostation perd plusieurs ballons. Il faut trouver une parade. Les nacelles sont armées mais les soldats continuent de mourir carbonisés, prisonniers dans la nacelle.

 

Nacelle d'un dirigeable

 

 

Jumechs (ancien pilote de dirigeable) confectionne un parachute qu’il teste à l’aide de charges de 80 kg…son prototype est essayé par Constant Duclos (un fusilier marin) qui effectue le 17 novembre 1915 le premier saut en parachute de l’histoire militaire française. En décembre 1915, le parachute est homologué, la construction en série peut alors commencer !

 Parachute1915

 

Pour convaincre les aérostiers d’utiliser ce nouvel outil, Duclos effectuera 23 descentes en parachute et établit le record du plus grand nombre de sauts durant la 1ère guerre mondiale. Ainsi, la confiance des aérostiers lui fut aussitôt acquise. 

Constant Duclos

Les compagnies d’aérostiers sont donc équipées des premiers parachutes au début de la bataille de Verdun, en février 1916. 

Le 16 mars 1916, le lieutenant Levasseur d’Hierville, observateur à la 68ème compagnie, ascensionne en ballon d’observation à 1100 mètres lorsqu’un avion français, volant à basse altitude, heure le câble qui se rompt. Levasseur décide de sauter, après avoir récupéré le matériel confidentiel (carte, croquis, consignes). Sa descente dure 15 minutes et il se pose à 400 mètres des lignes allemandes, se réfugie dans la maison du garde barrière pour échapper aux tirs ennemis. Il devient ainsi le 1er parachutiste français à avoir effectué un saut devant l’ennemi.

Puis, les tranchées de Verdun, de la Somme sont ravitaillées en vivres, tabac, journaux,… par des lâchers de parachute. Ainsi, certains bataillons encerclés par les allemands parviennent à briser leur isolement. Il y eut d’autres opérations de largage de vivres et de munitions avec parachutes en Flandre fin 1918.

Ce n’est qu’en 1918 que le ravitaillement par air en vivres, armes et munitions est définitivement adopté. Puis le parachute commence peu à peu à être utilisé par les services de renseignements afin d’introduire des agents dans les lignes ennemies, ce qui évite à de nombreux pilotes d’entreprendre des atterrissages nocturnes et périlleux. Les premiers agents largués en parachute sont italiens. Fin 1918, ils sautent sur la Vénétie afin d’un préparer l’offensive. Ils renverront les renseignements par pigeons voyageurs.

De 1916 à 1918, le parachute équipe un grand nombre de ballons d’observations et on dénombre 157 décentes effectuées par des aérostiers et observateurs Français. Mais c’est peu par rapport aux 200 000 autres Français, Italiens, Anglais, Américains, Allemands et Russes morts durant cette guerre, sachant que 25 % auraient pu être probablement sauvés s’ils avaient été équipés d’un parachute.

Le parachute n’a été que peu utilisé par les aviateurs…il était trop lourd pour certains avions de l’époque. Et surtout, les états major craignaient que les aviateurs n’abandonnent trop vite leurs avions en cas de problème ou sautent en parachute au lieu de poursuivre les combats durant les missions périlleuses.

chute d'avion pendant la 1ère guerre mondiale

 

En 1917, un mécanicien allemand, Otto Heinicke, met au point un parachute porté dans un coussin sous le siège du pilote de l’avion. Ce système connut un grand succès et beaucoup de pilotes de la seconde guerre mondiale l’utiliseront par la suite.

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!