maisons closes

Je fais partie de la communauté (cliquez sur le logo pour en savoir plus)  1914 - 2014 et voilà donc mon article de la semaine.

On sait que la femme a tenu un rôle essentiel, vital pendant la 1ère guerre mondiale…on parle de l’effort de guerre ! 

Mais le rôle des femmes dans la guerre ne s’arrête pas là !

Il fallait apporter aux hommes du front soutien psychologique et affectif majeur pour ne pas qu’ils craquent. C’était, par exemple, l’envoi d’une écharpe de laine ou d’un gilet tricoté avec amour pour que le soldat ne prenne pas froid, les grigris, les porte-bonheur…mais aussi l’engagement des femmes dans les personnels médicaux et hospitaliers, etc etc…

Mais pas que !

La France de 1914 vante la morale, la famille…la prostituée n’a pas sa place, puis elle pourrait être une espionne ! Il faut donc l’expulser des zones de combat…de grandes rafles sont organisées dans les zones de l’avant et les « filles » sont expulsées vers l’intérieur du pays.

Mais elles ne sont pas d’accord…il faut qu’elles gagnent leur vie et vont là où se trouve la clientèle. Les soldats n’ont pas vu de femmes depuis longtemps, ils sont facile à faire (c’est rapide), ne sont pas exigeants et payent bien !

Puis l’armée constate que la guerre est partie pour durer et que les hommes ont besoin de tirer leur coup (et pas que les coups de fusil). Elle organise la prostitution en donnant des sauf-conduits aux femmes de petite vertu pour travailler dans des maisons closes là où sont cantonnés les soldats, puis dans les villes comme Amiens, Epernay, Reims, etc etc.

Le Dr Léon Bizard raconte le triste quotidien des prostituées…j’en écris quelques extraits

« Là, c’était la bousculade, un dur, un dangereux et écoeurant business : 50, 60, jusqu’à 100 hommes de toutes les couleurs, de toutes les races à faire par jour, sous la menace continuelle des avions, des bombardements qui firent du reste leurs victimes parmi ces malheureuses »…. »

Puis, en 1918,  l’armée décide de créer « le bordel militaire » (sous prétexte d’éviter la propagation des maladies vénériennes). Elle fournit le local (ou le construit), choisit le tenancier et fait inspecter les filles, pour s’assurer qu’elles sont « saines ». La prostitution devient un service public et l’Etat un proxénète !

Image prostitution 1ère guerre mondiale

Et ce business rapporte à fond …il existait des recruteurs, des charmeurs de filles perdues.

Ils parcouraient les petites pensions de province et les hôpitaux, notamment le service des maladies vénériennes et charmaient des femmes en leur promettant une bonne place et de l’argent. Pour chaque femme « trouvée », le recruteur percevait 50 francs.

Beaucoup de ces femmes sont des filles-mères. Rejetées par la société, elles n’avaient souvent pas le choix et se retrouvaient prostituées dans ces bordels militaires.

Ces « filles » n’avaient qu’une faible paye et bossaient, jour et nuit…

pour information, j’ai retrouvé les tarifs pratiqués dans un bordel de Paris…du doux nom de « Maison Close de Mademoiselle Marcelle Lapompe »..je vous laisse apprécier (cliquez sur l’image pour la voir en grand format…et pouvoir lire)…attention, ce sont des prix de « bordel parisien chic »…surement rien à voir avec les tarifs pratiqués dans les zones de combat :

Tarifs d'une maison close

 

Pour finir, je vous laisse apprécier ce que Le Dr Léon Bizard a écrit…ça fait réfléchir !

« Pendant toute la guerre, voulant sans doute utiliser les compétences, on allait ainsi puiser pour garnir les maisons de tolérance de l’avant où des femmes qui n’étaient pas vraiment des paresseuses ont vu leurs cinquante mille hommes pendant la guerre. Dire qu’on a oublié de les décorer ! »

100 ans après, le sujet est encore tabou…il est abordé dans la BD (que je n’ai pas lue)

Amours guerres et sexualité

 

Que sont devenues ces femmes après la guerre ? Celles qui ne sont pas mortes ont surement continué de pratiquer, dans une maison close ou sur le trottoir…allez savoir !

 

 

 

 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!