internationale

 

 

Aujourd’hui, nous sommes le 8 mars…et tous les ans, le 8 mars, c’est la journée internationale de la Femme…n’en déplaise à certains et à certaines !

Je me cale cette chanson que j’aime énormément

 

Voilà, j’écoute Jean Ferrat et en même temps (ben oui, je suis une femme, donc je peux faire plusieurs choses à la fois) je relève le défi du blog de tous les défis : faire un article dans lequel on retrouve 3 mots imposés qui sont Femme, Fatale, Fada…C’est parti !

Et si la Femme était en fait une fée…qui, quels que soient son apparence, son mental, sa personnalité, etc etc… :

Sait être Fatale lorsqu’il le faut

Curieuse, mais jamais trop 😉

 

Qui malgré les coups, les embûches,…

 

Alors que ça pourrait la mettre en colère ou carrément à terre

 

Se relève, repart, protège encore et encore sa ruche

 

Ne vous y trompez pas…elle sait aussi  claquer la porte au nez de ceux qui se mettent en travers de son chemin…Faut pas la prendre pour une Fada…non mais !

 

 

Voilà, c’est terminé pour ce défi…bon, j’avoue, ça ne casse pas des briques, mais j’aime bien ces gifs animés de la fée Clochette et j’avais envie de les inclure dans mon article…c’est chose faite ! 😉 😉 😉 

 

 

Hier, c’était la journée internationale du câlin…Vous ne le saviez pas ? Tant mieux pour vous parce qu’hier, c’était aussi la journée nationale « Pic de gastro » ! 

humour

Remerciez donc votre ignorance, car grâce à elle vous avez peut-être évité la diarrhée, les vomissements !

Il faut avouer que choisir le 21 janvier pour en faire la journée du câlin, c’est vraiment du n’importe quoi !

tweet

 

Et puisque je suis dans « c’est la journée de » (plus ou moins débile), saviez vous que

Le 21 mars, c’est la journée du rangement de bureau

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=9N6OiwWTi4k[/youtube]

 

Le 21 avril, c’est la journée de la bataille de polochons

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Y9kIN7joY4w[/youtube]

 

Le 11 septembre, journée mondiale du lait concentré sucré en berlingot…c’est fou ça non ? Le 11 septembre nous rappelle beaucoup de mauvais souvenirs, et ce jour là, on fête le lait sucré en berlingot ! Quel est l’imbécile qui a osé proposé et faire adopter cette idiotie ? Hallucinant !

gif animé

 

 

Le 19 septembre, c’est la journée internationale du « parler pirate »

gif animé

 

 

 

Le 19 novembre, journée mondiale des toilettes…j’ai transformé ça en « journée mondiale de chiotte »…peut-être que ce jour là, tous les WC du monde se rebelleront !

gif animé

 

Le 5 décembre, c’est la journée internationale du ninja…ça me laisse du temps pour m’entraîner !

gif animé

 

Le 21 décembre, rien ne sert de courir, la journée internationale de l’orgasme te rattrapera !

gif animé

 

 Alors, c’est pas complètement débile parfois ?

Pour voir le calendrier complet de ces journées et tout savoir (pour ne rien louper), vous pouvez cliquer ICI !

 

 

 

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Je t'aime, un peu...à la folie

Je t’aime, un peu…à la folie

Si vous voulez en savoir plus…allez ICI (c’est mon autre blog, j’y mets des chiffres, des images, de l’information). Si vous voulez dénoncer une situation de brutalité, de violences, allez ICI, c’est le site du gouvernement et vous saurez quoi faire.

Moi, je vais vous raconter une histoire…une histoire vécue…avec mes mots, mes pensées…

Il y a un moment de ça, j’habitais dans la région parisienne et je bossais dans une mairie. J’étais responsable du service enfance (là où sont préparées les colo, les classes vertes, les centres de loisirs, etc etc). Un soir, j’étais au point de rendez-vous d’un retour de colo. Les parents étaient là, le car avec les enfants arrivent, tout le monde se retrouve, tout le monde est content, tout le monde s’en va…sauf une petite fille de 8 ans…L’animateur responsable du séjour me dit « Florence, les parents d’Elizabeth ne sont pas là. Qu’est-ce qu’on fait ? »…on prend la fiche, on essaye de les joindre par téléphone…Personne ne répond. Je demande à la petite « Tes parents savaient que tu rentrais ce soir. Tu sais pourquoi ils ne sont pas là ? »…La gamine me répond « Non, mais c’est pas grave. Je peux rentrer à pied, j’ai l’habitude ! »… »Euh non, ça n’est pas possible. Bon, grimpe dans ma voiture, je vais te raccompagner ! »…Je dis aux animateurs de rentrer chez eux, je m’occupe d’Elizabeth.

Arrivées devant chez elle, je frappe à la porte, j’attends. Pas de réponse. Je frappe de nouveau. J’entends du bruit à l’intérieur. La porte s’ouvre et c’est une femme d’une quarantaine d’années qui m’ouvre. On voit qu’elle a pleuré. Sur son visage, plusieurs coquarts. Elle est petite, assez menue…toute décoiffée. Je regarde la femme « Bonsoir. C’est la mairie de ….. Votre fille est rentrée de colo ce soir. Vous deviez venir la chercher ! » et là, Elizabeth murmure « c’est moi maman » puis entre dans l’appartement. Sa mère lui caresse la tête et lui dit « vas dans ta chambre, j’arrive » puis en s’adressant à moi « ah oui, pardon, je n’ai pas vu l’heure. J’allais venir…excusez moi du dérangement madame…et merci…au revoir. » Je bloque la porte avec mon pied et j’entends une voix d’homme, venant de l’intérieur de l’appartement « qui c’est ? »…ça s’entend qu’il est bourré, qu’il est défoncé….Il s’approche de la porte…mais finalement il n’a pas l’air si raide que ça, il tient debout. Il pousse sa femme et me dit « qu’est-ce que c’est ? Qu’est que vous voulez ? » Moi, je ne me démonte pas « c’est la mairie. J’ai ramené la petite »…et je le regarde, mais franchement, je ne sais pas trop quoi faire. Elizabeth revient vers la porte et me dit « vous pouvez y aller, merci » et rajoute, à voix basse « Ne vous inquiétez pas, ça va aller, j’ai l’habitude »…Le père claque la porte en me jetant un « merci, salut »…voilà, j’ai raccompagné la petite, je peux rentrer chez moi !

Vous vous doutez bien que je n’ai pas dormi de la nuit. Cette histoire me trottait dans la tête et je m’inquiétais…franchement, j’avais envie de débouler chez ce connard, de lui fracasser le crâne…Moi une non violente, j’avais vraiment envie de l’écraser, de voir cette tronche si imbue de sa personne, si lâche, cet avorton…J’avais envie de lui faire mal. Il m’aurait sans doute mis un pain, je n’aurais pas fait le poids…mais je bouillais d’être impuissante !

Le lendemain matin, je suis arrivée de très bonne heure à mon boulot et  j’ai appelé les services sociaux. L’assistante sociale m’a répondu « Nous suivons la famille. Le père boit, la mère est battue et Elizabeth ne veut pas quitter ses parents, ou plutôt sa mère. Ne vous inquiétez pas, on gère. Mais vous pouvez faire un rapport, ça mettra de l’eau dans notre moulin ! »…J’ai fait ce rapport.

Plus tard, dans la semaine, j’ai convoqué la mère (sous un prétexte quelconque)…Elle est arrivée, avec d’autres marques sur le visage et un bras dans le plâtre.

Je lui ai dit (car je n’ai pas la formation pour savoir aborder de tels sujets) « il vous bat. Pourquoi est-ce que vous restez ? » Après de longues négations, de faux motifs quant à ses coups, après bien longtemps, elle a fini par me dire « vous ne direz rien hein…vous le jurez ? » J’ai juré puis « C’est vrai, il me frappe. Il boit beaucoup et me frappe. » Moi j’ai juste dit « et pourquoi vous restez ? Partez ! » Elle a souri ou grimacé, je n’ai pas trop su « partir ? où ? et il me tuera vous savez. J’ai honte, très honte. J’ai peur, puis je ne travaille pas. Qu’est-ce que je peux faire ? » Effectivement, qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? « Mais il y a des associations pour ça, contactez les »

Elle a pleuré « les associations ? Où ça ? Et qu’est-ce qu’ils vont me dire ? Qu’il n’y a rien à faire ? Qu’il n’y a pas de place, pas de boulot ? La seule fois où j’ai demandé de l’aide on m’a répondu ne le provoquez pas lorsqu’il a bu. Lorsqu’il rentre, je me fais toute petite. Je ne dis rien, je ne respire pratiquement plus. Mais il me frappe. Parce que le repas ne lui plait pas. Parce qu’il a perdu au jeu. Parce que…pour rien, juste parce qu’il s’énerve et qu’il a besoin de me frapper. C’est comme ça ! » Elle est partie, toute seule et je me sentais inutile…quoi faire ?

Les événements suivants ont dénoué (le mot n’est pas juste) la situation. Un jour que le père frappait la mère plus fort que d’habitude, Elizabeth (8 ans) a pris un couteau et le lui a planté dans le ventre. Il s’est retrouvé à l’hôpital. Sa vie n’étant pas en danger, il s’en est sorti, mais est resté hospitalisé pendant 10 jours (je crois que le médecin a fait traîner) et pendant ce temps, des associations, des voisins, des inconnus (dont moi), on s’est décarcassé, on a trouvé de l’argent, une adresse, une autre association…et la mère et Elizabeth sont parties, ont fui  en province…recommencer une nouvelle vie.

A l’époque internet n’était pas aussi développé…Je sais qu’elles ont redémarré de zéro…mais surement la peur au ventre pendant longtemps, très longtemps.

Et si la petite avait tué son père ? Et si la petite n’avait rien fait ? Et si la mère était morte sous les coups du père ? Et si….

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes…Et si dans votre entourage vous pensez que…et si vous pouviez faire quelque chose ? Et si vous pouviez changer les choses ?

 

 

 

 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!