conte

 

Me voilà rentrée de mon petit séjour à Agde. Tout ne va pas bien, tout n’est pas rose, mais je vais faire comme ci et discuter de choses et d’autres.

Dernièrement, je suis allée au cinéma voir 

affiche cinéma

Film présenté comme étant une comédie fantastique…si, si, absolument…pour preuve, voilà la bande annonce

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=HezBj-b4N2s[/youtube]

Mais attention, contrairement à ce qui est annoncé, ce film n’est pas, mais alors pas du tout une comédie…c’est un conte où se mêlent burlesque et poésie. Comme tout le monde dans la salle, j’ai été surprise car je m’attendais à rire, à vivre de grandes scènes comiques et je me suis retrouvée à voir une histoire du monde, à vivre l’espoir, l’ennui, l’amour…j’ai plongé dans ce conte et pas un instant je ne m’y suis ennuyée…en un mot, comme en plusieurs : j’ai aimé, vraiment aimé ce film.

En revanche, d’autres, beaucoup d’autres, sont sortis de la salle en disant « mais c’est quoi cette merde ? » « nul, nul, archi nul ! » « payer 5 euros pour ça ! Quelle daube ! »

Vous voilà prévenus : Le Tout nouveau testament n’est pas une comédie !

Puis, franchement (en mettant de côté la poésie, la symbolique, etc etc) voir ce film et imaginer Catherine Deneuve s’accouplant avec un gorille, ça vaut son pesant d’or ! Oui, j’ai dit « imaginer » et non pas « voir à l’écran »…faut pas abuser quand même ! 

Entre parenthèses,  d’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours pensé (attention, mes paroles pourraient en choquer certains, mais c’est ma liberté de penser) « si dieu existe, c’est un sacré enfoiré, un vrai salop ! Le diable, à côté, est un ange ! » et le film me donne raison, entièrement raison !

 

 

 

Ce matin, j’ai décidé de vous raconter une histoire (que j’ai inventée)…pour commencer, ça sera une belle histoire…puis pour finir, elle ne sera pas si belle que ça.

 

Le rire d'un enfant

Le rire d’un enfant

 

Comme tous les jours, tous les instants, quelque part dans le monde, retentit l’éclat de rire d’un enfant. Personne ne l’entend sauf un minuscule papillon qui attendait patiemment ce signe pour prendre son envol. Il part, traversant prairies, champs, villes…il ne sait pas où il va mais une force magique le guide…il ne flâne pas car le temps lui est compté. Il vole, encore et encore, jusqu’à atteindre sa destination…Mais quelle est-elle ?

Une femme est assise sur un banc. Elle ne voit rien, n’entend rien…elle lit, plongée dans ce livre qu’elle veut absolument finir avant de reprendre le travail. Pour vous dire, elle n’a même pas déjeuné..pas le temps…il fallait choisir : se remplir la tête ou le ventre…elle a décidé que ça serait la tête !

Le papillon vient discrètement, doucement se poser sur la femme…il a atteint son but, ce pourquoi il était né…Il peut mourir maintenant, là, posé sur ce ventre qui portera pendant 9 mois cet enfant dont l’éclat de rire a retenti voilà plusieurs heures.

 

La version moins belle, plus actuelle on va dire.

 

Quelque part dans le monde, comme tous les jours, à tous les instants, retentit le pleur d’un enfant.

 

Les larmes d'un enfant

Les larmes d’un enfant

 

Tout le monde l’entend et tout le monde fait semblant « Vous avez entendu pleurer un enfant ? Moi, je n’ai rien entendu ! »

Une petite bestiole (à l’origine papillon mais qui maintenant à cause de la pollution ressemble à un cafard volant) active ses hideuses ailes noires, tournicote ses antennes difformes, se frottent les pattes velues puis prend son envol. Ce papillon mutant a une mission… traverser les champs d’agriculture intensive, les décharges puantes, les lacs pollués, le nuage malodorant et collant qu’on appelle le smog, pour aller là où son instinct le guide. Il repère une femme…elle est penchée sur une machine, dans un atelier où sont parqués plus de 1000 ouvrières. Elle paraît fatiguée, usée…mais le papillon mutant s’est peut-être trompé…il vérifie les données  transmises…non, non, il n’y a pas d’erreur, c’est bien sur cette femme qu’il doit aller. Il ne se pose plus de questions et fait ce pour quoi il est programmé : atterrir sur le ventre de la femme, trop occupée à travailler pour le remarquer.

Dans quelques semaines, cette femme s’apercevra qu’elle est enceinte…encore !

Elle ne pourra pas s’empêcher de penser « pourquoi je n’ai pas les moyens d’accéder à la contraception. Et mon mari qui vient d’avoir un accident et qui ne peut plus travailler. J’ai déjà 6 bouches à nourrir. Comment je vais faire ? Puis lorsqu’ils verront que je suis enceinte, donc moins productive, je vais me faire renvoyer de l’atelier. Comment allons nous manger ? Déjà que nous survivons sans argent, dans ce taudis où il n’y a ni eau, ni électricité, où les enfants ne sont pas scolarisés. La plus grande se prostitue, mais ça ne suffit pas. Les hommes ne paient pas cher pour ça, il y a tellement d’enfants dans les rues, ils ont le choix. Abandonner l’enfant qui va arriver ? Des gens paient pour les adopter à ce qu’il paraît. Je ne demande pas grand chose…juste avoir un minimum pour nourrir, élever mes enfants, vivre décemment. Je ne fais pas l’aumône, je travaille…Je voudrais tant que les pleurs, les cris de nos enfants soient entendus. »

 

Vous entendez pleurer les enfants ?

Vous entendez pleurer les enfants ?

 

Mais il faut croire que le monde est sourd !

 

 

 

J’aime bien raconter des histoires à mes petites filles…elles ont 5 et 4 ans…la plus grande (presque 13 ans) vient m’écouter de temps en temps.

Donc un soir, les 2 petites sont couchées et me demandent « tu nous racontes une histoire ? » « ok, poussez vous que je m’installe et écoutez bien.. » et en même temps, je réfléchis « quelle histoire vais-je raconter…ah oui, ça y est ! »

« C’était la nuit de Noël. Il faisait vraiment super froid. Dans une rue, il y a une pauvre petite fille (d’environ 7 ans..pourquoi 7 ans ? parce que !) qui vend des allumettes. » Oui, vous avez compris, je m’étais lancée dans l’histoire de La petite fille aux allumettes.

La petiote aux allumettes

La petiote aux allumettes

Mes petites m’écoutent avec attention. Je décris la petite, la misère, les vêtements en haillons, le froid, comment la gamine propose ses allumettes, en claquant des dents. Bien sûr, j’explique aussi que personne ne la regarde, que les gens, tout à leur menu de réveillon, leurs courses aux cadeaux, ne font pas attention à elle…et elle, pitchoune, elle a froid, vraiment froid.

Je vois mes petites…si tristounettes…je leur mettrais des allumettes dans la main qu’elles pourraient passer pour les petites filles aux allumettes (les haillons en moins)…

Pauvre, tristounet

Pauvre, tristounet

Alors je décide de changer l’histoire (ce qui m’arrive souvent en fait).

J’ai décrit les passants indifférents, la misère et la solitude de la petite, j’ai commenté l’égoïsme…je crois que je n’ai rien oublié…la morale de l’histoire est passée…allez, hop, je peux inventer ma fin !

Donc mes petites m’écoutent, toutes tristes.

La petite a si froid qu’elle brûle une allumette. A ce moment là, dans la lueur de la flamme, apparaît sa grand-mère morte depuis longtemps, qui lui dit « oh ma chérie, mais que fais tu là ? Tu as l’air d’avoir si froid ! » « Oh mamie, c’est toi..oui, oui, j’ai froid. Nous n’avons pas d’argent, nous n’avons rien à manger. Je vends des allumettes pour ramener de l’argent à la maison mais personne ne m’en achète. » « Oh mais ma chérie, pourtant l’argent il y en… » et l’allumette s’éteint.

La petite fille hésite puis rallume une allumette. De suite, la grand-mère apparaît « Ma petite chérie, tu as l’air d’avoir si froid. Ca me fait tant de peine. Et comment vont tes parents ? Toute la famille ? » « On a faim, on a froid. Tu me parlais d’argent tout à l’heure… » « Oui, ma chérie, l’argent est… » et l’allumette s’éteint de nouveau.

Là, la petite fille n’hésite plus et craque la dernière allumette…De nouveau apparaît  la mamie « Ma chérie, tu as l’air… »

Mais la petite fille lui coupe la parole et s’écrie (et là, je me mets pratiquement à hurler, en surprenant mes petites filles) « oui on a compris mamie… L’argent, tu me parlais d’argent…Accélère mamie, cet argent, il est où l’argent ? »

 A ce moment de l’histoire, mes petites filles se regardent et éclatent de rire…comme une explosion dans la pièce, c’est génial…ça dure un bon moment…puis elles me regardent toujours en riant et me disent « et alors, elle dit quoi la grand-mère…dis vite, elle dit quoi ? »  Je continue donc mon histoire…mais le rire est toujours là, il couve

Et elles rigolent

Et elles rigolent

La grand-mère qui semble se réveiller (prise de court) « un coffret dans la cheminée, il y a plein d’argent dedans ! » et la petite fille de lui dire « ah quand même, tu as réussi à me la finir cette phrase. Merci mamie, je file…merci merci » et de courir sortir le magot. Dans la maison, plus jamais il n’a fait froid, plus jamais il n’y a eu la faim !

Mes petites filles se sont regardées et ont de nouveau éclaté de rire en criant « mamie, mamie, accélère, il est où l’argent ! »

Voilà comment je raconte les histoires.

Le lendemain, elles ont raconté l’histoire, en m’imitant, à qui voulait les entendre…6 mois après, elles en parlent encore…de la petite fille aux allumettes mais aussi d’autres histoires, que je mets à ma sauce.

Je me suis dis « si un jour l’instit leur raconte le conte de la petite fille aux allumettes, forcément l’une de mes petites filles va l’interrompre en lui disant « tu dis n’importe quoi. Parce que la petite elle a dit à sa grand-mère « mamie, accélère, il est où le magot ? » et j’imagine la tête du prof !

Les contes pour enfant sont tristes, meurtriers, sanglants, horribles…il y a très souvent une morale, mais pourquoi en faire des histoires abominables…je préfère mon histoire, car au moins je fais rire, éclater de rire mes petites filles et ça, pour moi, c’est la plus belle histoire !

 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!