14-18

Pour la communauté 1914 - 2014  (qui commémore le centenaire de la 1ère guerre mondiale), cette semaine j’avais envie d’insolite

 

Pendant cette guerre, les hamburgers (référence à Hambourg) ont été renommés Salisbury steak. Les saucisses Frankfurters (de  Francfort) sont devenues les « saucisses de la liberté »…et les teckels (Dachs étant le nom d’origine, qui signifie blaireau en allemand) sont devenus « chiens de liberté »

carte postale 1ère guerre mondiale

(carte postale britannique de propagande anti-allemande)

 

En 1914, suite aux premiers combats et aux défaites des troupes françaises, Joffre décide de punir 134 (ou 162 suivant les sources) généraux jugés incompétents. Il les envoie à Limoges…le mot « limoger » vient de voir le jour

Joffre en 1914

 

 

Lorsque l’on retrouvait un soldat mort, les orteils nus, on savait qu’il s’était suicidé…les soldats (à l’inverse des officiers) n’avaient pas de revolver. Pour mettre fin à leurs jours, ils posaient le fusil au sol, crosse contre terre, pointaient le canon dans leur bouche et actionnaient la gâchette avec leurs orteils, le fusil étant trop long pour se servir des mains. Pour ne pas être gênés, ils retiraient donc leurs chaussures et chaussettes.

Lebel_Model_1886

 

 

Dans les tranchées, la nuit, aucune lumière, veilleuse n’était autorisée…l’ennemi aurait pu l’apercevoir et tirer. Pour s’éclairer, les troupes anglaises attrapaient et enfermaient dans des bocaux des milliers de vers luisants…une lumière naturelle qui leur permettait de continuer à vivre malgré les ténèbres

bocal de vers luisants

 

 

En 2004, le gouvernement britannique a rendu hommage aux vers luisants et à d’autres animaux avec une sculpture érigée en leur mémoire, portant cette inscription

« ce monument est dédié à tous les animaux qui ont servi et qui sont morts aux côtés des troupes britanniques et alliées pendant les guerres et les campagnes à travers le temps. Ils n’avaient pas le choix.« 

Animals_in_War_memorial

Je ne sais pas si le sculpteur anglais David Backhouse a pensé à y mettre des vers luisants !

 

 

 

 

Je fais partie de la communauté 1914 - 2014 qui, par des articles hebdomadaires, rappelle qu’il y a 100 ans…c’était la grande guerre !

Et les enfants dans tout ça ? Pour cet article, je n’aborderai que le côté « propagande » auprès des enfants et « image » de l’enfant

Dès 1914, et pour la 1ère fois, l’enfance devient un instrument de propagande. Les autorités et une partie de la population française pensent qu’il est naturel et même sain d’intégrer les enfants au conflit. En fait, on se dit « ça ne peut leur faire que du bien et ça les transformera en adultes ». A l’école, on leur enseigne un code moral d’embrigadement systématique. L’église justifie la nécessité de l’engagement et la presse poussent les enfants à se montrer digne du sacrifice accompli par les soldats.

« L’enfant-héros » devient un modèle (cliquez sur les images pour les voir en grand format)

le courage

 

« Ceux qui manquent de patriotisme, de combativité, d’engagement sont des lâches, des mauvais français, voire des déserteurs ! » Voilà ce qu’on dit aux enfants, partout et tout le temps.

 

Autre exemple, la couverture du journal « pages de gloire », numéro 6 du dimanche 10 janvier 1915

Denise Cartier

Denise Cartier est une parisienne âgée de 10 ou 13 ans. Au cours d’un bombardement de septembre 1914, elle est gravement blessée et est amputée d’une jambe. Mais elle refuse de se plaindre auprès des soldats français qui l’interrogent. Elle n’arrête pas de leur répéter « occupez vous des soldats, qui eux combattent l’ennemi allemand. »

 

Afin de financer la guerre, entre 1915 et 1918, divers grands emprunts nationaux sont mis en place. Il faut des affiches percutantes, émouvantes…et qui mieux que les enfants peuvent illustrer ces sentiments…de grands dessinateurs, graveurs, sculpteurs, etc etc participent à l’élaboration des affiches, qui seront placardées sur tout le territoire français…comme par exemple cette BD, de Marcel Capy (1917)

BD pour l'emprunt de Capy

 

 

ou cette autre affiche

emprunt de la défense nationale

 

L’enfant, trop jeune pour aller combattre, porte l’épée en bois. La petite fille tient un drapeau français. Tous deux disent au revoir à leur père, le soldat qui part sur le front, se battre pour leur liberté.

Dans les écoles, on enseigne le français…à la « mode emprunt »

conjugaison

 

 

 

Dans le Cher, on explique aux enfants qu’ils doivent travailler la terre, être exemplaires et solidaires de leurs parents

travail des enfants à la terre

 

 

En 1916, l’administration municipale de Paris et l’Union française pour l’expansion morale et matérielle de la France organisent un concours de dessins d’enfants sur le thème des économies de guerre.

Une affiche sera éditée à partir du dessin réalisé par l’élève Camille Boutet

privations

 

 

A la fin de la guerre, on compte 760 000 orphelins en France…il faut faire appel à la solidarité nationale pour les aider et l’enfant est, là aussi, mis à contribution

appel aux dons

 

 

Besoin d’un pro au meilleur prix ?

Vous recherchez un traiteur, un pro du spectacle, etc etc...quelque soit votre besoin, Lememo.com vous le trouvera...par exemple, s'il vous faut un DJ...cliquez ci-dessous !

logo

 

Besoin d’un chauffeur ?

A Montpellier (et dans les environs), pour être transporté n'importe où, il faut appeler Tommy's line :

cliquez  ci-dessous pour accéder au site

Logo VTC

Cliquez ci-dessous pour obtenir un devis

Allez y, cliquez !

Fouillez dans les catégories

Nombre de visiteurs

Compteur Global gratuit sans inscription

Abonnez-vous, c’est gratos

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!